Partager à l’école…

Avant toute chose, je tiens à préciser que cet article est destiné à évoluer en fonction de mon expérience, de mes recherches et de vos éventuelles propositions et/ou remarques mises en valeur nominativement.

Partager est un acte quotidien qui nous fait grandir. Ce terme, « partager », signifie à la fois diviser en plusieurs parts et avoir quelque chose en commun.

A l’école, en tant qu’enseignants, nous nous sommes formés à séquencer les apprentissages sur une période de temps donnée, autrement dit à découper en plusieurs parties et sous-parties les connaissances en une suite ordonnée. Ce travail peut être collectif ou individuel, aidé ou non des nombreuses ressources que d’autres collègues (ou spécialistes, tout dépend du type d’ouvrage) publient en librairie ou sur le net.

Nous partageons également du temps avec nos élèves: plus de 24h par semaine en période scolaire, ce qui implique que nous vivons ensemble un certain nombre d’événements, avec un ressenti différent d’un individu à un autre. Nous apprenons diverses choses aux enfants mais nous apprenons (ou ré-apprenons) également beaucoup à leur contact. Nous pourrions élargir ce concept à la place des parents à l’école. J’y reviendrai un peu plus tard dans les exemples.

Et pourtant, bien que nous passions déjà beaucoup de temps ensemble, je trouve que le rythme effréné de la classe et la lourdeur de certains programmes nous laissent parfois peu de temps pour se poser réellement et partager autrement. Alors, j’y réfléchis un peu.

Voici quelques pistes pour donner envie d’apprendre et de partager! Tout ceci permet de valoriser la personnalité de chacun au sein de la classe. De nombreuses idées sont déjà mises en place dans les écoles, je ne fais que collecter différentes pratiques.

– partage littéraire: sous l’œil averti de l’enseignant, un élève différent peut présenter chaque semaine un livre qu’il a lu et qu’il aimerait partager. L’enseignant de la classe peut initier le rituel en commençant par proposer lui-même un livre qu’il accepte de prêter. Une banque de livres se crée alors dans la classe avec un système de prêt. Une charte peut être présentée aux élèves et aux parents pour s’assurer du respect et du soin apportés aux livres prêtés.

– ce que je sais faire: un planning par période ou trimestre peut être proposé aux élèves pour partager ce qu’ils savent faire, sous formes d’ateliers tournants ou en classe entière, à voir en fonction des enfants. La présentation peut être individuelle ou collective: si un petit groupe d’élèves savent faire la même chose, des ateliers avec un responsable par groupe peut être facilement envisagé.

– avec les parents: en début d’année, un recensement de connaissances ou de pratiques adaptables au niveau des élèves peut être réalisé auprès des parents. Il peut être question d’ateliers cuisine, bricolage, découverte d’une langue, d’une culture, etc. mis en place une fois par trimestre. Cela peut être différents ateliers proposés en même temps mais organisés de différentes manières: chaque élève s’inscrit d’avance pour un atelier ou des groupes tournent par exemple.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *